La surface de dernière diffusion

« Aussi brillante et opaque que la surface du Soleil, la surface de dernière diffusion est l’instant où les grains de lumière furent pour la première fois libérés de la matière brûlante et purent enfin voyager en ligne droite dans un univers devenu assez froid pour être transparent. C’est la première image du monde. »

La surface de dernière diffusion est une structure de production et de diffusion cinématographique née de l’association de quatre cinéastes et artistes, Leïla Colin-Navaï, Anaïs Ibert, Frédérique Menant et Agnès Perrais, en décembre 2018. Elle s’ancre dans la nécessité de permettre à des films de recherche d’expérimenter des écritures singulières, et a pour vocation de soutenir les auteurs aux stades de l’écriture et du développement, avant qu’ils ne trouvent une production. Les œuvres produites par l’association travaillent les lisières du réel et de l’imaginaire par une pratique de recherche formelle plastique. Elles cherchent à questionner et perturber les frontières entre les espaces, les temps, les disciplines artistiques.